Temps 0

neuf cent cinquante
quatre phrases une
dernière fois le sol.

tu la sens la boucle
courte des flux circule
hors des paupières

à s’éloigner dit-on
ouvre
la gorge enroule
le nœud puisse serrer

centrifuge encore
le souffle lève les
poumons lève les
serrés au grillage
de respirer dans

aucun nom n’importe
quel champ troué
l’infini tressé
d’une corde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s