Version 1.1

Voir la version 1

neuf cent cinquante
quatre phrases une
dernière fois le sol

si jamais, dit-on, si jamais il y avait de l’eau pour respirer, si jamais cette eau marquait le sol d’une trace noire, aurions-nous l’expérience de l’éclosion ? De la Sainte Explosion ? Tu armes, cibles, tires, perds pieds. Une dernière fois le sol… et ce qu’il devient, en trace. 954 fois, tu as répété mon nom et ce qu’il en reste, 954 fois cette phrase suspendue au silence :

# mh piderMe √˛crânacier :.

tu la sens la boucle
courte des flux circule
hors des paupières

en dehors de soi, l’exclamation d’une vie, celle qui n’est pas nôtre, hors des paupière, hors de toute atteinte, la boucle palimpsestuelle s’étend, s’élève, s’inscrit dans le rouge et me répète pour que la gorge puisse me parler comme la boucle circule entre les limites de mon épiderme :

# cilsolitaires 954 !! sinueusétreinte HH

à s’éloigner dit-on
ouvre
la gorge enroule
le nœud puisse serrer

la tête, t’y penses, elle est de trop, persistance de la vue d’entre les cils solitaires, sinueuse, elle est de trop peut-être, même en dehors de soi, l’axe autour duquel nous tournons branle, bascule, je m’épingle et me tire, du jeu elle te repousse, les désirs se font rois de quelle étreinte fictive et t’entraînent au delà des cils, seuls porteurs de sens… Le vent se lève et mon crâne absorbe :

# ârmes par les trempes d’hürle (

centrifuge encore
le souffle lève les
poumons lève les
serrés au grillage
de respirer dans

autour de, à partir de, au nom de la mort, la tête, mon suicide est mon lieu de départ, j’y reviens, si j’avance, c’est par déraison……………………………….. d’une corde, d’une lame encore pointée vers ma gorge, personne ne m’appellera plus par mon nom, je n’en ai plus, le silence m’appartient

# :R.hurle .- ventrevie // étrangétrange

aucun nom n’importe
quel champ troué
l’infini tressé
d’une corde

ou bien quelques fils
mêlées ici ou là
centrifuge encore, l’espoir,
retrouver un souffle
un seul

tu sais bien ce en quoi elle consiste, elle te forme à l’intérieur des formes, elles te donnent lieu, tu es partout, nulle part vous êtes plusieurs, foule brutale ou meute muette, il y a une consigne pour le pendu : ne pas désirer trop tard, il faut saisir la procréation du suicide, son ignorance noire, il y a une manière d’être qui ressemble au néant

# frelate-frelate……néant/étant

l’idée étant
ne pas se réfugier
pour l’épiderme
et ce qu’on lui doit
limites impératrices

il y a une manière d‘être qui est constitutive du lien, de celui qui s’opère entre les âmes, les armes, celles qui sont en réseau, ma réalité est la tienne : par l’âme, c’est pourquoi il t’est venu en tête que ta tête, eh bien, elle est de trop ; rassure-toi : elle n’existe pas, ses limites ne sont pas celle de l’âme… c’est à n’y rein comprendre te dis-je

# êTe troP Pas auche roiTe

enroule
puissent serrer la gauche
par la droite
tes mains
un cou détendu

celui d’un mort primitif, à la manière de, il fait semblant d’être tombé, en réalité il avance par l’air, c’est l’air qu’il respire et recrache, ce n’est plus l’eau d’entre les reins, c’est la vitesse qui évide l’absence, un alphabet tronqué

# ))pas dis(( )espir ecrach(

l’air, elle, s’évacue
par les tempes
nous dirons qu’elle
avance
impératrice

954 phrases et le sol retombe d’un seul poids, seul dans son urne, se replie et s’organise dans une même exception, la nôtre, celle qui nous partage sur le grillage, là où nous tous étions suturés par ce même lien, celui qui nous nommait et que nous foulions d’un pied sévère…

# illage 954 sol»«l’os VideVite

d’elle-même
perdue, la peau sur le grillage
le vide apparu
se déplace dans la vitesse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s