Version 2.1

voir la version 2

L’ANIMAL : neuf cent cinquante / neuf cent quatre phrases une fois / c’est neuf cent saints dit-il/ neufs cent cinquante dont bras / les jambes finissent les testicules dit-elle / les seins achèvent les mains dit-il / les hommes se rêvent ceints / de vivre en enfants neufs / leur sang veuf / la bête à rien baiser / je dis / un autre corps à quatre mains / sort par la bouche rien dit-il / il faut tuer la bête / à quatre pattes dit-elle / c’est la bête sombre et tu la tiens / la bête dans l’ombre d’une dit-elle /la dernière fois le sol un point / le soleil dans l’œil sale dit-il / le soleil sue le sang dit-elle / on m’égorge c’est un sacrifice

mort de l’animal

LE CHOEUR
un linceul ça sent l’ail
il faudrait raconter l’histoire
animal + femme =

L’HOMME : oui tu la sens ma bouche dit-il / tu la sens la dent noire / qui pend dit-il au-dedans / la sens-tu ma bouche / la dent qui la boucle / tu la sens la boucle / la mort courte des flux / l’animal circule / en moi / court fuse éjacule / son âme à bascule / à l’oreille de la mouche / boucle gesticule / encore dans ma bouche / sa dent la dent bouge / la bouche sent la bouche / la bouche rouge sang / l’animal en sang / ça jute / hors de ses paupières / ensuite ? passer la serpillière

la femme passe la serpillière

LE CHOEUR
dehors le sang s’est répandu sous la gorge
sous la gorge des pendus tu la sens
femme + homme =

LA FEMME : se reconnaît-on / à s’éloigner des herbes / le sang livre dit-on / l’animal ouvre / sur un chêne rouvre / la gorge enroule / corbeau le découvre / picore en son fonds / un nœud se coule / le corps s’écroule / sous la terre dit-on / le nœud puisse serrer encore / le cœur se serrer / autour du nœud court / dans l’humus dévore / une couleuvre en boule déjà / sa corde qui mord / ma cheville se tord / le tabouret roule / adieu mon corps / adieu mon animal / adieu le monde / mon enfant jamais / le sang ne se lave

elle tombe

LE CHOEUR
adieu je mort ça vient pas encore
ça vient pas
homme + homme =

L’HOMME : centrifuge encore / le souffle lève les / poumons lève les / cœurs de moutons les / corps puant le chlore / d’une femme morte / de l’animal mort / des étoiles mortes près d’éclore / tous serrés au grillage de la bouche / les condamnés dorment / les corps enroulés / au nœud de la mort / le souffle les empêche encore / des moufles sonores / les corps condamnés je sors / les porcs veulent m’entrer / je peux de respirer dans la / cheminée de moi / elle qui a laissé derrière elle un enfant

il prend l’enfant dans ses bras

LE CHOEUR
les siphons tournent encore
la machine à produire la mort si
homme + enfant =

L’ENFANT : aucun nom alors / aucun non je dors / il n’y a pas n’importe de nom / aucun non c’est mort / non / ne m’apporte pas le sein / son poison qu’importe / dans quel champ troué d’une porte / je cris vers l’aurore / quel chant pour trouver la morte / l’infini (s’est) tressé d’une sorte / maman morte / papa sorte / de l’animal porte / vivre ne tient que d’une corde / les mélanges à sauter / les genres à sauter / la langue à sauter / prénoms du grand hors / (à s’ôter) le nord / l’animal est mort maman / le jouet des escortes / et derrière les prénoms je dors / et dedans le ventre encore / dedans il est mort le vide / le vide hors / ne reste qu’un père à manger

l’enfant mange l’homme

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s